Des Martiens dans le Jura

C’est l’histoire d’un kidnapping. Dès le mois de Novembre, Genève  disparaît aux yeux de la planète Mars, des astronautes, des martiens et des alpinistes accrochés sur les flancs des montagnes voisines.

Genève, entre Automne et hiver…

La ville se cache. On ne sait plus où elle est! Nous non plus, d’ailleurs.

Un stratus version bibendum XXXXXL a pris toute  la région en otage.

Le Mont Blanc, toute la chaine des Alpes et le Jura voisins ne voient plus la ville,  ni le lac. Les nuages viennent de faire un banquet version Astérix.

 Gris est la couleur  du ciel…

Genève prend un bain de vapeur perpétuel en hiver. En conséquence, les indigènes aussi. Nous sommes tous avalés par un nuage, ou prisonniers d’un hammam qui aurait mal tourné. Au lieu de nous faire dégouliner, ce dernier nous enveloppe d’un froid  humide. Un marteau piqueur subliminal qui transperce les os de froid. A moins six degrés, on se croirait à moins quarante!

Du bleu, que diantre!

 

20170115_134152
Au dessus des nuages tout à l’heure, ici en dessous. Cherchez l’erreur.

 

Là haut, sur les montagnes…

Elles sont la bouée de sauvetage anti-purée de poix!  Ce sont les radeaux de la méduse anti-bouillasse des Genevois. De même pour les habitants du pays de Gex frontalier, en France.

Donc, dès que l’hiver a pris ses quartiers chez nous, les yeux suisses et français se lèvent nerveusement vers le ciel.

Sur l’horizon, un point d’interrogation se forme.

Va t-il neiger?  va-t il neiger ? va-t il neiger??

Cette interrogation rebondit sur la tête de tout le monde. La nervosité monte au fil des jours.

Chaos.

Un jour vient, béni. Il a neigé!  Alors, l’anarchie genevoise habituelle s’installe. Qui l’eut cru chez des Suisses?

Chaque hiver, il ne faut pas faillir à la tradition. Voitures, chars à bœufs, bus, mini bus,  Tout ce qui est doté de roues semble être réincarné en statue de glace. La ville entière est bloquée, les canalisations explosent, les autoroutes se ferment..

Parce que la bise, un vrai morceau d’Antarctique ambulant s’en mêle, voyez vous, et remodèle les paysages. Quelques gros tas de neige sur cette autoroute, on efface ce morceau de voie express sous un autre dune glacée, etc.  Ca s’apelle des congères.

On met une heure en voiture pour parcourir 1 km, au minimum…

Genevois, rangez vos véhicules tout terrain et sortez vos pieds, vos chiens de traineau, vos  skis de randonnée.

Ou  empruntez  le traineau  de la reine des neiges, celui du père noël ou du Tsar Alexandre II!

Chaque hiver, il règne, aux premières chutes de neige sur la ville, un tel climat d’anarchie qu’on croirait que Bora Bora est prise sous les glaces. Je pense que cela provoquerait les mêmes réactions.

Sus aux skis!

Vendredi soir à la sortie de Genève. On sonne l’hallali, cap sur les montagnes  et les stations de ski! Les encombrements à la sortie de la ville sont l’un des sports nationaux locaux. En particulier quand il s’agit d’aller skier le week end.

En effet, on ne pense qu’à  une chose. Sortir du gris, retrouver le bleu et dévaler à  skis tout ce qui ressemble de près ou de loin à une pente.

On peut aussi choisir d’aller plonger au milieu des poissons clowns aux Maldives, mais c’est plus loin.

On  a le choix, on est gâtés en termes de station de ski.

Mais si vous décidez d’une sortie  de ski de dernière minute, si vous êtes skieur débutant, ou si vous voulez emmener vos enfants suivre des cours de ski pas très loin…

Rendez vous au:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s