Idée de voyage: Oran et Tlemcen

 

Tlemcen

 

dscn5258

A 140 km au sud-ouest d’Oran, Tlemcen est une petite perle.

C’est une ville qui respire la douceur de vie, ou, après avoir bu à une terrasse de café un jus d’orange au jus d’orange, on l’explore, pas à pas.

Elle est unique.  Quand on marche dans cette ville, on ressent une plénitude, une sérénité. Chaque mur est une page d’histoire.

Petite page d’histoire

Elle était autrefois « la capitale du Maghreb central ». La ville mêle les influences arabes, hispano mauresques, occidentales, ottomanes et mauresques. On la surnomme la « capitale de l’art andalou en Algérie ».

Tlemcen étant surnommée la « Grenade de l’Algérie ». Les habitants avaient les mêmes traditions dans l’art culinaire et l’habillement.

Les moros vinrent se réfugier à Tlemcen après la Reconquista en Espagne. L’arrivée de ces andalous raffinés fit de Tlemcen une capitale arabo musulmane  florissante dotée de palais, de medersas et d’un riche commerce transsaharien.

50 000 andalous, venus de Cordoue, des morisques et des juifs trouvèrent refuge dans cette ville. Tlemcen sera donc l’héritière « d’Al Andalous » par son art de vivre. On le ressent encore aujourd’hui.

La ville devint ottomane en 1553 puis française en 1842.

Quelle petite merveille que Tlemcen!  On nous disait que les habitants de Tlemcen se considéraient un peu comme les « aristocrates » de l’Algérie.  En visitant les mosquées, à l’architecture si raffinée, on peut le comprendre.

Le royaume berbère de Tlemcen connut son apogée au 15 ième siècle. L’Etat contrôlait un territoire s’étirant de l’Atlas à la Tunisie. Il était un centre important d’études musulmanes, attirant aussi savants et artistes.

Commencez votre visite par:

dscn5266

Le minaret des ruines de Mansourah. Celui ci, daté du 14 ième siècle, fut bâti par le sultan mérinide  Abou Yacoub.

dscn5235
La citadelle du Méchouar

 

Le palais du Méchouar, bâti en 1145, abritait les gouverneurs almoravides et almohades. Elle devint ensuite le palais du roi zianide Yaghmoracen.

Il connut sa période fastueuse au cour du 14 ième siècle sous les rois zianides. Il amorça son déclin pendant la période ottomane. Pendant la période coloniale, les Français le transformèrent en caserne.

La grande mosquée

 

dscn5240

S’étirant le long d’une place,  la grande mosquée  est l’une des merveilles de Tlemcen.

Des lampadaires à l’image de ceux d’un boulevard haussmannien et les feuilles de palmes projettent leur ombre sur ses murs blancs.  Elle fut fondée en 1102 par Youssef Ibn Tachine, fondateur de Tlemcen et terminée en 1135.

 Sidi Boumédienne

On le surnomma le « Cheik des cheiks » ou « Ouali » « l’ami de Dieu ». Son mausolée constitue un lieu de nombreux pèlerinages. La mosquée date de 1328.

Celui ci affirma: « En louant ce qu’il croit, le croyant loue sa propre âme et c’est pourquoi il condamne les croyances étrangères à la sienne. S’il était juste, il ne le ferait pas. »

A méditer..

dscn5250
Porte de la mosquée de Sidi Boumediene

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s