Tribulations d’une femme d’Expat

Le cœur plein d’espoir en pensant à tous les nouveaux endroits qu’ils me conseilleraient d’aller explorer, je leur demandais :

-« Quoi donc? »

-« L’aéroport »!

« … »

-« Mais pourquoi? » demandai je en me disant que j’avais du rater quelques chefs d’œuvre cachés dans l’un des  halls du site.

-« Parce qu’on peut partir! »

Ce qui enthousiasmait une des convives par-dessus tout, était la description de ses soirées.

L’heure sacrée de l’apéritif.

Béni soit le jour de l’arrivée de  France de ses bouteilles bien aimées de Cointreau !

Son visage relativement austère s’illuminait lorsqu’elle décrivait la confection de ses cocktails.

 Alger Pouet, et repouet…

Bon, il ne fallait pas compter sur ces membres d’Alger accueil pour nous donner envie de  demander la carte de résident permanent ni de jouer à Indiana Jones dans le pays.

Ils sont venus, ont fait trois petits tours et sont repartis.

Ce soir-là, nous avions décidé de surnommer l’association « Alger Pouet ».

Burmese days

Avez-vous lu  « Une histoire birmane » de Georges Orwell?

L’histoire se passe  en  1934 à Katha,  au sein de la communauté de colons britanniques. C’est une petite ville Birmane de 4000 habitants au nord de Mandalay, non loin du fleuve Irrawady.

L’ambiance expatriée à Alger m’a souvent fait penser à ce livre. En termes de hiérarchie, ou parfois d’attitude envers les locaux, rien n’a vraiment changé entre des colons britanniques du Raj ou certains expatriés Français.

 Etude ethnologique…

Lorsque vous arrivez dans une communauté expatriée, que ce soit dans le fin fond de Katha en Birmanie ou à Alger, on vous demandera de décliner votre identité.

Et Sociologique.

Question no 1: que fait ton mari?

J’avais envie de répondre: mais et moi, je travaille aussi, pourquoi diantre ne me le demandes tu point?

Il s’agit, à travers cette question, de placer les nouveaux venus dans la hiérarchie locale. On les classe alors, on évalue leur rang et leur importance.

L’époux appartient-il à la stratosphère, c’est à dire le corps diplomatique? Ou à un corps diplomatique étranger?

Si oui,  quel grade occupe-t-il?

Est-il le bras droit de l’ambassadeur,  le ministre conseiller,  le consul général, le chef du service économique,  le conseiller culturel et de coopération, l’attaché de la défense, ou encore le directeur de zone ? Gendarme? Ou rien du tout?

Si on descend dans la hiérarchie, il existe une bouée de sauvetage dans l’estime de l’expatrié un peu obtus.

Le nouveau venu appartient-il à un grand groupe, une grosse multinationale? Si oui, quelle est sa position?

Viennent ensuite, fermant le peloton,  les expatriés travaillant dans des groupes de moindre importance, devançant d’une tête les expatriés sous contrat local.

  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s