Tribulations d’une femme d’Expat

P1140324

 Expat catégorie A, B…. Z

Deuxième question: Où habitez-vous?

 » Dis-moi où tu habites, et je te dirais qui tu es! »

Le quartier et la taille des résidences définissent la position hiérarchique.

Est-ce un appartement, une maison, ou alors une demeure au sein d’un de ces somptueux palais algériens ? (même certains tombent en ruine en coulisses).

Autrefois ceux-ci appartenaient aux colons français fortunés.  Ils furent ensuite récupérés, puis- ironie du sort- loués à prix d’or aux expatriés français à gros budget.

Nous n’étions pas à un grand échelon, mais tout allait bien, nous voisinions la Résidence de l’Ambassadeur.

Une Résidence d’ailleurs, qui recevait extrêmement bien ses ressortissants.

Nous avions de nombreuses occasions d’y  faire ripaille : la venue de personnalités, le 14 Juillet… Le champagne y coulait à flots lors des réceptions et nous faisions des orgies de jambon, et de cochonnailles, introuvables dans le pays.

J’ai aussi testé les cours de cuisine, les cours de golf au cœur des champs à haute herbes… Nous avions fait des rallyes, participé à des cafés à n’en plus finir…

  Diner d’expat

Le monde des expatriés est un microcosme de la société, parfois exacerbé à l’étranger.

Caricatures véridiques

Fraîchement arrivés, la secrétaire d’Alger pouet nous avait conviés à un dîner chez elle.

Nous y avions  écouté  ses convives rappeler leur  très, très haut niveau de diplômes. Ils échangeaient ensuite leurs diverses expériences de terrains avec les locaux,  racontaient en long, en large et en travers leurs altercations avec ces derniers. Des narrations enrobées de vinaigre.

Pour vous donner une idée, voici l’un des sujets de conversation entre femmes: les femmes de ménage!

-« Quoi??? Ta femme de ménage arrive avec 15 mn de retard chez toi?  Elle doit prendre deux bus pour venir plus un taxi collectif pour venir? Elle met 1h30 pour venir de l’autre bout d’Alger? Et alors? vire-la! Trouves en une autre! »

« -Tiens, c’est bizarre! Ma femme de ménage m’a plantée alors que je la faisais travailler tous les jours de 9h à minuit! Vraiment, je ne les comprends pas! »

C’était des expatriés enfermés dans une bulle, imperméable au monde extérieur et s’autonourrissant d’un complexe de supériorité.

En résumé un: « eux! Et nous! »

Nous sommes ressortis du dîner écœurés.

Une des femmes d’expat,  fut un jour bien déconfite, dans sa voiture coincée en panne au milieu des encombrements.  Elle  avait voulu faire faire le plein de sa grosse berline noire.

Sans être témoins de  l’histoire sur le coup, imaginons le dialogue :

Arrivée à la station d’essence…

« -Tenez mon brave! Les clés pour faire le plein! »

Le pompiste lui colla du diesel dans son réservoir  conçu uniquement pour le super. Il avait dû avoir envie de l’aider à redescendre sur terre.

Courage! Fuyons!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s