Cap sur le Maroc: Marrakech

Cet été, nous avons décidé de faire le contraire de tout le monde: Aller au Maroc.

Pourquoi le contraire?

A Toulouse, mon chauffeur de taxi fit des bonds de 200 m de haut, lorsque je lui annonçais ma destination. Celui-ci, auto-proclamé fin connaisseur du pays, s’exclama: « en plein mois d’aôut???? mais…

…y fait chaud!!! »

Et il se mit à dégouliner par procuration dans notre bonne ville rose qui elle-même montrait des velléités de centrale thermo nucléaire…

A Marrakech, au mois d’aout, on ne se promène pas sous le soleil.

On marche en plein dedans. Il nous a kidnappés.

Le thermomètre bat des records de saut à la perche. Il fait entre 40 et 45 degrés en moyenne…

Bon. On verra.

Conseils Pratiques.

Certes, il fait chaud. Je reprends mon cri de guerre.

A Rome, faites comme les Romains.

Et donc?  A Marrakech, fais comme les Marakkchis!

En clair? observez les tenues vestimentaires des habitants.

Un petit jeu… de Savoir-Vivre.

O femmes amusez-vous à compter le nombre de marocaines  en mini-shorts et tops ultra échancrés.  Combien y en a t-il?

Je ne suis pas sure que vous en trouviez beaucoup. Sans vous vêtir comme Jeanne D’Arc en pleine action sur  un champs de bataille ni vous cacher sous une burkha, respectez les sensibilités locales.

Une tenue un tantinet plus couverte attirera moins des regards désagréables…

Moins de chances aussi de recevoir une main mal placée.

On paie pour les attitudes des touristes précédentes, irrespectueuses du savoir-vivre local.

On n’a pas plus chaud avec quelques centimètres de tissu en plus, et puis, au point où on en est…

A force de transpirer, vous incarnerez de toute façon une fontaine de Trévi ambulante.

Savez vous pourquoi on ne voit jamais d’hommes orientaux en shorts? Parce que c’est considéré comme une tenue réservée aux petits garçons!

D’ailleurs, pourquoi les hommes du désert ne se promènent-ils pas en tenue de Tarzan si ca leur permettait d’avoir moins chaud?

2. Louez une voiture, ca vous rendra libre!

Ceci dit, conduire le soir à Marrakech relève du sport de haut niveau. Ca devrait aller si vous êtes un adepte des jeux vidéos, ici vous les vivrez en réel.

Le code de la route est un peu différent. C’est une lutte ouverte entre le plus petit et le plus gros véhicule, entre le bipède et le quadrupède…

En général c’est une lutte d’influence permanente entre tout le monde en même temps.

Si vous réussissez à éviter les piétons, voitures à cheval, charrettes à âne, poussettes, vélos, motos, mobylettes qui surgissent à 360 degrés en permanence, c’est déjà pas mal.

Si en plus, vous ne vous perdez pas, écrivez- moi!

Vous aurez droit à un cornet de glace.

3.  Si vous êtes au Maroc en été, sortez très tot le matin et le soir. Ce sont à ces moments que le Maroc vit. Les températures sont relativement plus fraiches. Le soir, ca bouge!

Si, en pleine journée, vous  vous demandez où est passé tout le monde, vous aurez la réponse le soir.

Tout le  monde est là! Pourquoi s’agiter en pleine journée par 42 degrés à l’ombre si on peut l’éviter?

Les Incontournables de Marrakech

Les monuments à ne pas manquer sont rassemblés à l’intérieur des remparts de la médina. Le minaret de la mosquée Koutoubia constitue un bon point de repère au cas où vous seriez perdus. Tous les chemins mènent plus ou moins à la place  Jemaa el-Fna.

Rendez-vous donc à…

  • La place Jemaa el-Fna. Le soir, son atmosphère est unique. Quasiment vide en pleine journée, vous y écouterez battre le cœur de la ville dès la tombée du jour.
  • Un conseil!

  • Si vous vous oubliez, fascinés par l’ambiance environnante, les propriétaires de mains baladeuses ne vous oublieront pas, vous les femmes.
  • Dans la foule, ni vu ni connu, passer à l’action, dans le noir, ca aide. Ils feront toujours semblant de rien, vu que ce n’est pas eux.
  •  Les hommes devraient être épargnés, en principe, les bienheureux.
  • Les pickpockets penseront à tout le monde, en particulier à ce qui ressemble de près ou de loin à un touriste.
  •  A ne pas rater non plus
  • La Medersa Ali Ben Youssef. Cette école coranique est une petite merveille, un vrai bijou à ne surtout pas rater.
  •  Explorez la médina, son souk, ses foundouks (caravansérails) et ses palais cachés.
  • Les tombeaux Saadiens reflètent l’extrême raffinement de l’art islamique.
  • Dans la ville moderne, le jardin Majorelle est une oasis, un hymne à la créativité de la nature.  Déambulez sous les bambous, les cocotiers de 10 mètres de haut ou les cactus au formes bizarroïdes.
  • Comptez deux grosses journées pour ces explorations.

 Arrivée au Maroc

Arrivés à Casablanca, le souffle brulant du Sirocco, le vent du désert, nous réserva un joli accueil.

20170722_200654

Nous arrivions dans la lumière dorée du soir, transparente, magnifique unique  du Maghreb,  « Al-Maghrib » le couchant » comme son nom arabe l’indique.

Pays bien nommé! Nous roulions dans les dernières velléités de chaleur, en route vers Marakkech. Une route déserte nous montrait le chemin, ruban noir dans les couleurs ocre.

Nous roulions dans cette lumière vermeil, puis mauve, au cœur de la première écume du désert. Au loin, se dessinaient les premières lignes des montagnes de l’Atlas.

De l’ocre, et de l’or, jusqu’au moment où le soleil s’est transformé en rubis disparaissant derrière un horizon de sable.

Des horizons qui se croisent

Arrivés dans la « palmeraie » aux portes de Marrakech. Celle-ci ne semblait pas réussir à effacer par une verdure luxuriante l’implacable aridité du désert. Des palmiers un peu rabougris nous conduisaient vers le chemin de notre hôtel!

Et quelle oasis! D’abord une forteresse où il fallait montrer patte blanche pour rentrer.

Un contraste. Celui-ci était d’autant plus frappant lorsque nous croisions, à l’extérieur, les marchands de melons et de figues de barbarie. Assis près de leur charrette à âne, ils semblaient brulés par le soleil.

Dans notre hôtel, point de touristes occidentaux. Ceux-ci viennent tous en décembre, fuir un froid hiver vêtu de gris.

J’adorerais m’y poser et écrire une thèse sur la sociologie orientale.

Trois piscines, dont l’une réservée aux femmes. Dans l’une d’elles, des femmes se baignent entièrement habillées. Aucune chance de laisser le moindre bout de peau rencontrer le soleil. Ni un regard inopportun trouver son chemin.

Dans une autre, des femmes orientales bronzent en bikini au bord d’une piscine énorme où on a installé un navire » version pirates des Caraïbes ».  En retrait, une porte digne de Fort Knox annonce l’entrée de la piscine réservée aux femmes.

Dans cet hôtel évoluent divers horizons. Touristes originaires des pays du golf, du reste du Maghreb, locaux, diverses origines sociales et niveaux d’éducation se croisent, comme le reflètent les tenues vestimentaires

Impressions

Un ciel bleu qui incendie le regard, des immeubles et des maisons roses ou ocre. En plein jour, Marakkech semble écrasée par la chaleur.  Nous aussi d’ailleurs. La ville retient son souffle. Bon, il faut s’habituer aux quarante-quatre degrés ambiants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s