Où se rafraichir au Maroc en été?

En route vers Essaouira!

Si vous arrivez directement de Marrakech, occupée à jongler avec sa quarantaine de degrés ambiants, vous allez y prendre le frais.

Pourquoi? parce que la cité est la chasse gardée du vent des Alizés. Son souffle  maintient tout le long de l’année une température variant entre 18 et 22 degrés en été.

Ca va encore, direz-vous, ces températures, qui montent en été jusqu’à 26 degrés.

Euh… avec le vent, c’est un peu frais.

C’est une belle ville à voir, au  bord de l’Atlantique, une ville du bout du monde.

On l’appelle Taros en berbère. On la surnomme la « cité africaine du vent ». bien, surnommée, d’ailleurs, vous risquez fort de vous envoler si vous n’y prenez garde.

Elle n’est pas hors sentiers battus, mais elle semble hors du temps.

En quoi Essaouira vaut une visite?

  • Inscrite au patrimoine de l’humanité, la médina d’Essaouira, les kasbahs et  ses remparts valent le voyage. Justement, elles vous donneront l’impression de vous échapper, pour quelques instants, de cette frénésie du monde moderne.
  • La lumière, propre à toute l’Afrique du Nord, rend le site encore plus beau.
  • L’immense plage de Sidi Kaouki, dans les environs, reste encore sauvage, ou presque, Elle est magnifique.
  •  Sur celle-ci vous pourrez monter à cheval, grimper sur un chameau ou un ane,  surfer, vous baigner ou admirer l’Atlantique, tout simplement….. ou tout à la fois.
  • Les confirmés en windsurf, en kite surf et en surf tout cour se régaleront. En revanche, les débutants seront bien avisés de faire leur premieres armes ailleurs.
  •  Comptez une journée de visite en prenant votre temps, deux si vous comptez jouer à l’otarie sur la plage de Sidi Kaouki.

Impressions

Essaouira, c’est un peu comme une ile perdue au bord de l’Atlantique. Une forteresse oubliée, pas par les touristes mais par la fuite du temps. C’est une page d’histoire grandeur nature.

Des remparts blancs qui longent la mer, aux teintes de bronze.  Une lumière argentée qui se reflète sur sa surface.

C’est une porte ouverte sur l’Océan. Celui-ci ne donne pas l’image d’une mer domptée, endormie par son propre chant.

C’est l’océan déchainé. Devant lui, on se sent fasciné. C’est un appel vers le grand large.

Cet Atlantique marocain ne risque pas de se réincarner en lac ni en mer d’huile, d’ailleurs. La musique qui l’entraine à se lancer dans des séances de salsa endiablée?

C’est un vent à décorner les boeufs! Il ne s’endort jamais…

Un océan chanté par le vent des Alizes. Celui-ci souffle, hurle, s’époumonne  en permanence. C’est l’antithèse du Sirocco. Cet air froid fait danser les vagues avant qu’elles ne viennent jeter leur dernier souffle sur le sable doré.

Essaouira, c’est une belle ville ancienne, riche en histoire. Le cadre? des remparts, la mer, et le vent qui vous accompagnera partout.

Al Suwirah, la bien gardée comme on dit en berbère, Ou Mogador.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s