Chamonix Yin et Yang

Ils roulaient en tournicotant, bloqués, roulant, encore bloqués, parfois un peu perdus…

En bas de la gare du petit train du Montenvers,  les voitures cherchent une place… Piétons et véhicules dessinent des figures  d’art moderne autour et à l’intérieur des parkings.

Les hordes touristiques investissent ensuite le quai de la gare pour foncer dans le petit train à crémaillère  par groupe réguliers (il peut y avoir jusqu’à 5000 visiteurs par jour, mazette!). On a failli le prendre à l’envers, zut.

 

20160824_142255
La mer de glace vue du Montenvers

 

La mer de glace: une merveille du monde: 40 km de long,  7km de large,entre 200 et 400 mètres d’épaisseur…..

Mais le glacier fond  presque à vue d œil. Il perd 150 m de glace par an. Quand j’étais petite, on l’apercevait depuis Chamonix…  Maintenant, il faut grimper jusqu’à 1900 m d’altitude pour le voir. Il est caché sous un amoncellement de roches…

Cap sur la grotte de la  mer de glace! 

Le long d’un sentier conduisant au niveau du glacier, sur la roche,  des pancartes racontent son l’histoire.

Elles annoncent: en 1876 le  glacier grimpait jusqu’ici! (c est à dire 200 m au dessus du glacier actuel) « 1976, ici! »   » en 2000, ici! »  en 2010, ici! » Celui ci amorce une fonte accélérée.

Les exemples concrets , sur le terrain de réchauffement climatique donnent toujours froid dans le dos, n est ce pas?

Visites…

Il fait une chaleur de plomb. Nous sommes à env 2000 m d altitude.

Le petit train se vide de sa cargaison  de passagers, qui entame sa descente vers la grotte par un sentier  de montagne, puis un escalier de quatre cent marches.

Il surplombe un paysage  magnifique. Vue d’en haut, la mer de glace ressemble à un serpent gris qui danse entre les montagnes, dominé par les Grandes Jorasses.

La foule qui tournicotait en bas s’est mise à la queue le le pour descendre. Elle croise parfois quelques alpinistes de retour de course en montagne un peu hargneux parce qu’elle leur barre le passage.

« Qui sont ces rigolos? » semblent exprimer  leur « body language ». Ce sont eux, les montagnards, sans blague. La montagne leur appartient.

Nous faisons partie de la foule néophyte, famille amis et moi. Ma vitesse de croisière est tout à fait réduite.

Je descend avec ma petite dernière qui marche marche marche tout en ayant soif faim mal aux pieds et qui aimerait bien manger une barre de céréales et demandant toutes les 2 secondes « quand est ce qu’on arrive? »

« Pardon »! hurle une femme dernière nous.  Elle nous talonne depuis un moment,  à deux cm derrière. Traduction:« Poussez vous de là que je m’y mette! » 

What’s the rush?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s