Into the wild… à l’Est de Taiwan

HUALIEN

TAIWAN-W1

À faire absolument

Une ballade à vélo le long du Pacifique…

Hualien n’est pas une ville particulièrement belle, mais elle est pleine de charme. C’est le genre de ville que l’on aime, où l’on se sent vite chez soi. Elle est de taille humaine. On s’y sent bien tout de suite.

Elle a d’ailleurs été classée en 2015 la ville taiwanaise où les « habitants se sentaient le plus heureux ». en termes de qualité de vie, de  travail, d’environnement naturel, etc.

On le comprend. On a envie d’y retourner. Le soir, les rues sont illuminées de  lanternes rouges. L’ensemble prend alors une allure de fête.

Thalassa, Thalassa!

À peine avions nous posé nos valises que l’appel du grand large s’est fait sentir, celui de l’océan. Nous l’avions côtoyé pendant tout notre trajet, ou presque.

Nous avons sauté sur en selle, nous avions rendez-vous avec le Pacifique.

Et quel rendez-vous! La côte est magnifique, sauvage. Des portes-containers se balancent sur les eaux. Nous croisions les locaux en vadrouille, à cheval sur une monture à roulettes surchargée.  En effet, ils n’avaient pas oublié leur transistor braillard, leur chien ou leur oiseaux qu’ils trimbalent dans un panier.

Nous mordons à pleine dents dans ce bonheur qui s’offre à nous.

Liberté de rouler le long du Pacifique.

Ce sont des plages au sable gris perle, sur lequel des rouleaux ourlés d’écume viennent terminer leur voyage.  L’océan, arbore des eaux tantôt turquoise, tantôt marine.

Au loin, des montagnes noires ou anthracites sont une invitation à aller loin, toujours plus loin. Elles ont rendez-vous avec le Pacifique, dans lequel elles viennent se jeter.

On longe l’océan, toujours plus loin. Ces plages qui se déclinent à l’infini donnent cette impression de liberté dans laquelle on croque  à pleines dents. Même en roulant en ville, on n’a pas ce stress d’un urbanisation effrénée.

Ici, le temps ‘prend son temps ». On lève le pied, même en pleine ville.

Hualien est empreinte d’une vraie douceur de vivre. Des dégâts du dernier tremblement de terre, dont l’épicentre était à 12 km à peine en pleine mer, point de traces. Elle se relève de son dernier choc.

Le soir, vous pourrez déguster votre diner au marché de nuit.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s