Kaohsiung: une New-York taiwanaise

IMG_5639

On a eu un peu de mal à intégrer, lors de notre voyage, les heures de fermeture des restaurants le soir. De manière générale, ils ferment tôt par rapport à nos critères occidentaux.

L’estomac dans les talons, nous nous livrions à la chasse aux restaurants pour diner.  C’était parfois aussi compliqué que de chasser la matière première permettant de confectionner les plats.

On ne compte plus le nombre de fois où nous arrivions la bouche en cœur à 20h30  ou 20h45 et échouions dans un restaurant en train de fermer comme un cargo sur un banc de sable.

Damned! Les poules et les restaurants se couchent en même temps.

Donc, il nous reste toujours la solution « marché de nuit » qui nous permet de prendre le pouls de Kaohsiung, le soir. (comme son nom l’indique).

P1000178
Si vous ratez l’heure du dîner comme nous tout le temps, vous pouvez toujours vous rattraper sur les marchés de nuit. Nous sommes au Ruifong night market de Kaohsiung. Ici, pas de problèmes d’horaires, et vive les ambiances nocturnes

Rien de tel qu’un marché de nuit en Asie.

Vous y entendrez battre le cœur de la ville. Vous pourrez choisir la version crue de vos plats. Elle est exposée dans les étals des gargotes.

 Si la  lecture des caractères chinois vous fait le même effet qu’essayer de décrypter du sanskrit, des codex mayas, ou encore du khmer…

Vous pourrez aussi vous livrer à une  observation éhontée du contenu des assiettes de vos voisins. Celui-ci vous inspirera peut-être.

85  Sky tower

Kaoshiung n’échappe pas à la passion de grimper vers le ciel. Elle aussi, a sa tour qui veut rejoindre les étoiles.

Vous pourrez vous percher à son sommet. Celui-ci est équipé d’un hôtel et de restaurants.

Un soir, nous avons réussi à diner dans l’un d’eux.

Une prouesse!

Nous avons attrapé au vol le cuisinier et le personnel avant qu’ils ne s’échappent!

Il était 20h30 environ, les clients avaient tous disparu, ou presque. Le staff était visiblement très pressé de retourner à son vulgus personnel.

Le service n’avait rien à envier à la vitesse d’un éclair. À table, l’un d’entre nous en était encore à son entrée quand l’autre en était à son dessert, ou presque.

Peut-être les serveurs avaient-ils peur de rater l’épisode du soir no. 3078 de la série de la télé-novela locale?

Mauvaise nouvelle pour les adeptes des paséos à l’espagnole avant le diner!

On ne vous le dira jamais assez! À Taiwan, dinez tôt!

Et maintenant, place à l’art!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s